le duel Macron-Le Pen a attiré 15,6 millions de téléspectateurs, moins qu’en 2017, selon Médiamétrie

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

12h10 : Il est midi, que retenir de l’actualité ?

• C’est un plus bas historique. Le débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a attiré 15,6 millions de téléspectateurs. Les deux candidats sont déjà de retour sur le terrain. Suivez cette nouvelle journée de campagne dans notre direct.

• Vous n’avez pas vu le débat hier soir ? Nous vous le résumons dans cet article et nous avons vérifié douze affirmations des finalistes par ici.

• Le président russe Vladimir Poutine juge que “la libération de Marioupol est un succès”. La vice-Première ministre ukrainienne Olga Stefanichyna affirme que “1 020 corps de civils, uniquement de civils” dans des morgues de “l’ensemble de la région de Kiev”. Suivez la situation dans notre direct.

12h01 : Jean-François Doridot, directeur général d’Ipsos Public Affairs, n’est “pas certain que dans sa prestation d’hier soir Marine Le Pen ait réussi vraiment à élargir sa base”. “On a eu l’impression quand même que Marine Le Pen s’adressait davantage à son électorat qu’à celui de Mélenchon ou même aux abstentionnistes”, estime-t-il sur franceinfo.

11h34 : Le couple franco-allemand est une “quasi-fiction” d’après Marine Le Pen. Elle promet de “mettre un terme aux coopérations industrielles engagées avec l’Allemagne en matière d’armement”, évoquant des “divergences stratégiques irréconciliables”. La candidate du Rassemblement national “propose finalement d’isoler la France”, résume le diplomate Michel Duclos, conseiller spécial à l’Institut Montaigne. “Ce serait un extraordinaire affaiblissement. Cela signifierait descendre de trois ou quatre marches dans l’échelle des puissances.”

11h31 : “Marine Le Pen propose un Frexit à demi-mot, mais cela reste très compliqué à organiser.”

Si elle ne milite plus pour la sortie de l’euro, comme en 2017, Marine Le Pen affiche toujours une forte défiance vis-à-vis de l’Union européenne. Pour Frédéric Charillon, “la France se retrouverait isolée, sans pouvoir sortir de l’UE pour autant”.

11h29 : Si elle est élue, Marine Le Pen compte proposer une diplomatie en rupture complète avec celle d’Emmanuel Macron. En rupture aussi avec une certaine tradition française. Nous décortiquons dans cet article ce que changerait l’élection de la candidate du RN pour la France sur la scène internationale.

(AFP / FRANCEINFO)

11h23 : Emmanuel Macron a été moqué par l’humoriste américain Jimmy Fallon dans une chanson de campagne parodique. Verre de vin et baguette de pain en main, le présentateur du “Tonight Show”, de la chaîne NBC, apparaît chemise ouverte et torse velu, comme sur une récente photo du président-candidat.

(THE TONIGHT SHOW STARRING JIMMY FALLON / YOUTUBE)

10h58 : 🚨INVITE EXCEPTIONNEL🚨Emmanuel Macron, candidat #LaREM sera ce soir l’invité exceptionnel du #JT20H présenté par #AnneSophieLapix #Presidentielle2022 @infofrance2 https://t.co/YOaS4Boswf

10h58 : Emmanuel Macron sera ce soir l’invité du “20 heures” de France 2. Il répondra aux questions d’Anne-Sophie Lapix.

10h49 : Le projet de parc éolien face aux plages de Berck au Touquet a été écarté en 2017 suite à une démarche du collectif Horizon que j’ai créé et qui a empêché Ségolène Royal, ministre de F Hollande, de passer en force à la veille des élections présidentielles. EM n’y est pour rien.

10h49 : Daniel Fasquelle, le maire du Touquet, réagit alors que Marine Le Pen a affirmé, hier soir, qu’Emmanuel Macron voulait “mettre des éoliennes sur toutes les côtes, sauf en face du Touquet”, où se trouve la résidence secondaire du couple présidentiel. Le candidat LREM “n’y est pour rien”, assure l’élu.

10h23 : Finalement, un débat qui ne permet pas de faire changer d’avis ou simplement de choisir. Pas de charisme mais beaucoup de promesses.

10h23 : Débat probablement incapable de réduire le “clivage” des électeurs. On aurait pu utiliser son temps plus agréablement hier soir…

10h23 : Les commentaires du public sur le débat sont un indicateur terrible du niveau de paresse intellectuelle, pour ne pas dire plus, de notre monde, et je m’inclus dedans. Décider de son vote de dimanche uniquement sur un froncement de sourcils de l’un, ou les hésitations de l’autre…

10h22 : Dans les commentaires, vous continuez à livrer vos impressions après avoir suivi le débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Et vous exprimez une certaine lassitude.

10h13 : L’adhésion d’une partie de l’électorat français à ces idées ne signifie pas mécaniquement l’affaiblissement du rejet qu’elles suscitent chez les autres. Ainsi, cette banalisation n’opère “pas forcément aux yeux des gens à qui on demande de faire front républicain'” nuance Rémi Lefebvre. Retrouvez davantage de précisions dans notre article.

10h09 : Sauf que le front républicain est fragilisé. La stratégie de dédiabolisation initiée par Marine Le Pen au début des années 2000 a porté ses fruits. Pour l’historienne Valérie Igounet, spécialiste de l’extrême droite, “quand on voit Marine Le Pen et Eric Zemmour dépasser 30% des voix, on sent bien que ceux qui se sont exprimés par le vote ont envie que les choses changent et banalisent des personnes qui représentent l’extrême droite française”.

10h12 : De quoi parlons-nous ? Le front républicain, “c’est tout simplement l’idée que toute participation du Front national (FN) [devenu depuis le RN] à une majorité politique doit être bloquée absolument”, résume Christophe Bouillaud, professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble. Pour les partis, cela implique deux choses : d’un côté, refuser de présenter des listes communes avec le FN aux élections et, de l’autre, “tout faire pour que les électeurs des partis dits ‘républicains’, en cas de choix entre un candidat FN et celui d’un parti républicain, se mobilisent pour le second”.

10h04 : “Ni Marine Le Pen, ni Emmanuel Macron.” De nombreux électeurs, notamment à gauche, rejettent l’idée d’un front républicain. D’où vient ce concept et pourquoi semble-t-il moins fédérateur en 2022 qu’en 2002 et en 2017 ? Nous l’expliquons dans cet article.

(ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

09h58 : En l’absence de victoire nette ou d’effondrement, comme ce fut le cas en 2017, les analyses du débat d’entre-deux-tours laissent place à de la nuance et des avis qui vont souligner différents aspects et détails, comme nous le voyons avec cette revue de presse.

09h27 : Mettons ces chiffres en perspective :

• 2022 : 15,6 millions de téléspectateurs

• 2017 : 16,5 millions

• 2012 : 17,8 millions

• 2007 : 20,46 millions

• 1995 : 16,8 millions

• 1988 : 30 millions

• 1981 : 30 millions

• 1974 : 25 millions

09h27 : En 2017, le débat d’entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron avait déjà été un plus bas historique avec 16,5 millions de téléspectateurs.

09h36 : Environ 15,6 millions de téléspectateurs ont regardé le débat d’entre-deux-tours. C’est la pire audience de l’histoire pour un tel rendez-vous.

09h11 : “Pas de surprise, ils sont sur leurs postures. Je les trouve très technos et assez peu accessibles. Ils ne savent pas expliquer leurs mesures…” Notre journaliste Clément Parrot a regardé le duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron avec des “insoumis”. “Aucun n’a parlé de la répartition des richesses, parce que les deux sont de droite. Il manque une voix de gauche dans ce débat”, se lamente l’un d’eux.

(CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

09h10 : Il est 9 heures, voici les principaux titres :

• Marine Le Pen hésitante et sur la défensive ? Emmanuel Macron arrogant et à l’attaque ? Au lendemain du débat d’entre-deux-tours, les commentaires et les analyses se multiplient. Suivez les différentes réactions dans notre direct.

• Retraites, inflation, chômage… Après le face-à-face entre Emmanuel Macro et Marine Le Pen, nous avons vérifié, douze affirmations des finalistes.

• Quatre bus d’évacuation de civils ont réussi à quitter Marioupol après plusieurs jours sans couloir humanitaire, selon le gouvernement ukrainien. Suivez la situation dans notre direct.

• Il va falloir attendre encore un peu. Le PSG n’est pas encore champion de France, malgré sa victoire à Angers (3-0). La faute à l’OM, vainqueur in extremis face à Nantes (3-2), qui retarde l’échéance de quelques jours.

09h17 : 🗣 AAH ➡️ “On ne peut pas demander à une personne handicapée de choisir entre être aimée et être aidée”, assure Gabriel Attal. Pourtant, la majorité a refusé deux fois la déconjugalisation de l’AAH : “il faut trouver un nouveau système”.👉 https://t.co/cEwi3c61QM https://t.co/BeMKGmYlNC

09h10 : Sur la déconjugalisation de l’Allocation adulte handicapé (que défend désormais Emmanuel Macron), le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, refuse de reconnaître sur franceinfo que la majorité et le gouvernement ont fait une erreur en la refusant à deux reprises.

09h11 : Marine Le Pen est-elle “dépendante” de la Russie, comme l’a affirmé, hier soir Emmanuel Macron ? “Il faut vraiment arrêter avec cela, non Marine Le Pen n’est pas sous influence russe, c’est ridicule”, dit Louis Aliot, porte-parole de la candidate du RN, sur RTL.

09h11 : Gabriel Attal est l’invité de franceinfo. Marine Le Pen “a changé le ton, mais sur le fond, elle n’a pas changé”, estime-t-il. Interrogé à son tour sur une certaine arrogance d’Emmanuel Macron pointée par le RN, le porte-parole du gouvernement estime que “quand on attaque sur la forme, c’est que l’on a assez peu de choses à dire sur le fond”.

(FRANCEINFO)

08h33 : [email protected] sur le débat Le Pen/Macron : “On pourrait dire qu’à l’insuffisance de l’une répondait la suffisance de l’autre” #le79inter https://t.co/wqwmzAWSo4

08h33 : Le débat entre les deux finalistes a été marqué par les hésitations de Marine Le Pen et le ton parfois professoral d’Emmanuel Macron. “On pourrait dire qu’à l’insuffisance de l’une répondait la suffisance de l’autre”, résume sur France Inter la sémiologue Cécile Alduy.

08h27 : 🔴 DIRECT 🗣 “Marine Le Pen a assez peu cherché le président sur son bilan. Au fur et à mesure du débat, les rôles se sont inversés : c’est Emmanuel Macron qui a demandé à Marine Le Pen de rendre des comptes” sur les cinq dernières années, analyse @clemovitch. https://t.co/VS6gpH8s3Q

08h27 : Clément Viktorovitch, docteur en science politique, et spécialiste de la rhétorique, revient sur le débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Il souligne que la candidate du RN a renoncé à attaquer le président sortant sur son bilan.

08h19 : “Ce débat n’était pas à la hauteur, voire même à côté de la plaque.”

Pour Pierre Cannet, aucune réponse détaillée n’a été fournie par les prétendants à l’Elysée “sur comment transformer en profondeur notre économie, notre société”. “Je suis resté sur ma faim hier soir malheureusement”, déclare-t-il sur franceinfo.

08h10 : “On a eu un président dans toute son arrogance sociale, qui n’a jamais été contesté finalement, réellement et sérieusement par Marine Le Pen. Je ne comprends pour quelle raison elle était aussi molle”, juge Alexis Corbière, député de la France insoumise de Seine-Saint-Denis, sur RMC, qui revient sur le débat d’entre-deux-tours.

08h01 : Amélie de Montchalin, la ministre de la Transformation de la fonction publique, est l’invitée de franceinfo. Interrogée sur une certaine arrogance d’Emmanuel Macron lors du face-à-face, elle répond : “C’est pas arrogant de démonter les fake news, de démonter les mensonges, de dire que ce qui est dit n’est pas constitutionnel (…) La plus grande arrogance, c’est d’arriver devant les Français, de leur dire ‘je vais être présidente de la République’ et de ne pas être préparée et de ne pas être dans la compétence, dans la précision, dans la responsabilité que cela implique d’être président.”

(FRANCE TELEVISIONS)

07h54 : 💬 #DebatMacronLePen : “Je n’ai pas trouvé Marine Le Pen d’une sérénité et d’une solidité complètes, cela ne me surprend pas beaucoup”, @EPhilippe_LH dans #RTLMatin. https://t.co/3Pgpo7dYDU

07h59 : L’ancien Premier ministre Edouard Philippe estime que le débat d’hier soir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen est “utile et assez éclairant”. Il juge que la confrontation était “intense et de bonne tenue”.

07h51 : Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et soutien d’Emmanuel Macron, est l’invité des “4 Vérités” sur France 2. “On voit beaucoup d’hésitations et d’allers-retours” de Marine Le Pen, notamment sur le bouclier tarifaire sur les prix de l’énergie, estime Bruno Le Maire. Il évoque “beaucoup de clarté d’Emmanuel Macron sur le pouvoir d’achat, qui passe d’abord par le travail, sur la construction européenne, sur l’écologie qui est quand même le grand blanc, le grand vide du projet de Marine Le Pen”.

(FRANCE TELEVISIONS)

07h44 : J’ai écouté le débat hier. J’avais voté Macron en 2017. Je ne voterai plus pour lui en 2022, il est trop arrogant, trop sûr de lui. Je doute qu’il sache écouter les français. Il a besoin de descendre de son piédestal.

07h43 : Non, je pense simplement qu’il connaissait ses sujets et qu’il ne pouvait pas laisser dire des contre vérités. Ensuite les temps de paroles ne laissent pas beaucoup de possibilités de réponses détaillées. Il était donc assez direct mais non méprisant.

07h41 : Non pas de posture hautaine MAIS de l’assurance, de la connaissance de ses dossiers et surtout pas de heu heu heu

07h39 : J’ai vu le débat, et vu comment je suis fatigué ce matin, j’aurais mieux fait de m’abstenir. Inutile et inintéressant !

07h40 : Vous continuez à commenter le débat d’hier entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

07h31 : 🔴DIRECT -🗣 Quel bilan dans le camp Le Pen ? ➡️ “Ce débat, c’est 2017 à l’envers. D’un côté, vous avez Marine Le Pen, claire, précise, calme. Et de l’autre côté Emmanuel Macron, qui nous dit ‘je vais faire, mais pourquoi n’a-t-il pas fait pendant 5 ans ?’”, dit Philippe Ballard. https://t.co/BDs9I1Rl1E

07h31 : Sur franceinfo, Philippe Ballard. porte-parole de Marine Le Pen, commente le débat d’hier soir. Selon lui, la candidate du RN a été “claire, précise, calme”.

08h01 : “Face aux prix de l’énergie, nous avons fait le bouclier qui consistait à bloquer les prix de l’électricité et du gaz. (…) Vous aviez voté contre ce bouclier énergétique [à l’Assemblée nationale] !”, a lancé Emmanuel Macron. C’est vrai. La députée et candidate du RN a effectivement voté contre le “volet recette” du projet de loi de finances 2022, qui contenait cette mesure, lors de la première lecture du texte, le 19 octobre dernier. Retrouvez davantage de détails et d’autres vérifications dans notre article.

08h03 : “L’indexation des [pensions de] retraites n’a pas été respectée lors des cinq dernières années”, a affirmé Marine Le Pen. C’est plutôt vrai. En 2019, par exemple, les retraites n’ont été augmentées que de 0,3%, alors que l’inflation était de 1,8%.

07h21 : Justement, en parlant de mensonges, nous avons vérifié, hier soir, douze affirmations d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

(ALINE MORCILLO / HANS LUCAS / AFP)

07h13 : Emmanuel Macron a voulu “faire oublier que c’est lui qui avait un bilan”, estime Laurent Jacobelli, porte-parole de Le Pen, sur BFMTV, jugeant que le président sortant avait “menti à tour de bras”.

07h04 : Des titres de la presse quotidienne régionale soulignent les oppositions dans les projets des deux candidats.


source site